Centres de correction auditive
Actualités sur l'audition
Le dépistage néonatal systématique
Le dépistage se déroule en deux temps. Premièrement à la maternité, dans les jours qui suivent la naissance, le nouveau né est soumis au test des potentiels évoqués auditifs (PEA), fiable à 98 %. Si il y a le moindre doute, la seconde partie du dépistage intervient trois mois après la naissance de l'enfant avec des tests plus approfondis. 
Ce dépistage précoce permet la prise en charge de l'enfant et de la famille. En effet, le fait de savoir que leur bébé est sourd incite les parents à développer le langage corporel et l'utilisation des expressions du visage. Ceci a pour effet de développer les capacités cognitives de l'enfant et lui permettra de communiquer plus facilement en grandissant. 

Le programme de dépistage prévoit également un accompagnement de la famille en proposant aux parents d'apprendre la langue des signes. 
 
Les principaux opposants à ce dépistage sont les associations de sourds qui redoutent une stigmatisation de leur handicap et la pose systématique de prothèses auditives. Ils rappellent l'importance d'intégrer les enfants à la fois dans le monde des entendants, et dans celui des malentendants en leur enseignant la langue des signes parallèlement à l'appareillage.
Le dépistage se déroule en deux temps. Premièrement à la maternité, dans les jours qui suivent la naissance, le nouveau né est soumis au test des potentiels évoqués auditifs (PEA), fiable à 98 %. Si il y a le moindre doute, la seconde partie du dépistage intervient trois mois après la naissance de l'enfant avec des tests plus approfondis. 
 
Ce dépistage précoce permet la prise en charge de l'enfant et de la famille. En effet, le fait de savoir que leur bébé est sourd incite les parents à développer le langage corporel et l'utilisation des expressions du visage. Ceci a pour effet de développer les capacités cognitives de l'enfant et lui permettra de communiquer plus facilement en grandissant. Le programme de dépistage prévoit également un accompagnement de la famille en proposant aux parents d'apprendre la langue des signes. 
 
Les principaux opposants à ce dépistage sont les associations de sourds qui redoutent une stigmatisation de leur handicap et la pose systématique de prothèses auditives. Ils rappellent l'importance d'intégrer les enfants à la fois dans le monde des entendants, et dans celui des malentendants en leur enseignant la langue des signes parallèlement à l'appareillage.